LE SAVIEZ VOUS ? NOS POLICIERS MUNICIPAUX SONT EQUIPES DE CAMERAS INDIVIDUELLES DEPUIS 3 ANS !

 

ET CES CAMÉRAS ONT NETTEMENT AMÉLIORÉ LA PROTECTION DE NOS POLICIERS ET DE LA POPULATION

Alors qu’un débat s’est ouvert sur l’équipement de caméras individuelles pour tous les policiers de France, à Laigneville c’est déjà une réalité depuis près de 3 ans !

Et l’expérience montre que la présence d’une caméra peut tout changer …

Il y a 2 ans, nos policiers ont été violemment pris à partie en centre ville et en pleine journée par un individu habitué à commettre des outrages et des menaces à leur encontre.

Ce jour là les choses sont allées encore plus loin et la violence des propos et de l’individu étaient tels que celui-ci fut interpellé le lendemain matin.

Devant les gendarmes il déclara que les policiers l’avaient provoqué et avaient tenu envers lui des propos racistes alors qu’il traversait la ville en moto, ce qui expliquait la violence de sa réaction, racontant avec force détails la cabale dont il se disait victime, accusant lourdement nos policiers.

Ce qu’il ne savait pas, c’est que nos policiers sont équipés de caméras individuelles, et une fois la déposition terminée, le gendarme confronta l’auteur des faits avec les images enregistrées par les caméras qui révélèrent que non seulement les policiers n’avaient commis absolument aucune provocation , mais qu’en outre, c’est l’auteur lui même qui s’était jeté sur les policiers sans aucune raison et avec une violence inouïe.

Ainsi, grâce aux caméras il put être prouvé que les policiers étaient irréprochables mais qu’en plus l’auteur des faits avait menti dans sa déposition et accusé faussement les agents.

 

Mais les enregistrements peuvent aussi changer la physionomie d’un procès.

En effet, lorsque l’auteur des faits dut répondre de ses actes devant le tribunal, cette affaire était vue par les juges comme un « simple outrage », jusqu’à ce que le procureur demande a ce que soit diffusée la vidéo des faits dans la salle d’audience… Effet garanti ! Parce que la caméra a permis de restituer de façon parfaite la violence de l’auteur des faits et le comportement irréprochable des policiers. Grâce à ce dispositif, chacun dans le prétoire, a pu se rendre compte de la brutalité des faits, et cette diffusion changea totalement la physionomie du procès.

L’auteur des faits fut condamnée à 8 mois de prison dont 4 fermes, 24 mois de mise à l’épreuve, 24 mois d’interdiction de présence à Laigneville, et il fut aussi condamné à des dommages et intérêts.

Sans la vidéo, la condamnation aurait été beaucoup moins forte et le doute aurait toujours subsisté sur le déroulement réel des faits !

Ce retour d’expérience montre tout le bénéfice que pourrait apporter la systémisation des caméras individuelles sur les policiers et gendarmes.

Au bénéfice des policiers et gendarmes dans l’exercice de leurs fonctions, mais aussi au bénéfice de la population, parce que la présence de ces caméras éviterait les dérapages dont on a beaucoup parlé ces derniers jours.

Pour autant, ces faits récents ne remettent absolument pas en cause le travail de nos policiers et gendarmes, et il faut bien comprendre qu’aucun autre métier que celui de policier n’a autant de pression à subir de la part de la société, des médias, mais aussi de la hiérarchie. N’importe quel humain peut un jour « pêter un plomb » à force d’être mis sous pression, et ça se traduit malheureusement le plus souvent par des suicides, mais aussi par des actes inconsidérés.

personne ne peut imaginer le quotidien d’un policier sans l’avoir vécu, des hommes et des femmes confrontés en permanence à ce que la société a de plus sordide, qui bossent dans des conditions matérielles et humaines souvent indignes, soumis à une pression folle et à un management d’un autre temps, et qui pourtant sont animés par une véritable volonté d’être utiles et de protéger.

Ces caméras individuelles sont une réponse pour protéger à la fois les policiers et la population, mais elles ne sont pas la réponse au mal être de ces femmes et de ces hommes que personne ne veut voir, ce mal être qui se traduit par des actes inqualifiables, certes, mais il serait temps aussi de se pencher sur les raisons qui ont fait que des policiers bien notés en sont arrivés à de tels actes… Parce que c’est aussi au sein même des commissariats que se cache l’indicible pression qui amène à cela. C’est une révolution idéologique qu’il faut aujourd’hui à notre police. La société a changé et la police doit évoluer pour coller à la société, au risque de voir se creuser le fossé qui est en train d’apparaître

OISE HEBDO

Le Parisien

Courrier picard

Le Bonhomme Picard

France 3 Picardie

 

Horaires d'ouverture
du lundi au vendredi
de 9h à 12h et de 13h30 à 17h30

  • 390 rue République 60290 LAIGNEVILLE
  • Tél. 03 44 66 31 50
  • accueil@mairie-laigneville.fr