Monuments

L’ÉGLISE eglise_cp

L’église est dédiée à Saint–Rémi, entourée du cimetière communal et séparée des habitations; elle se situe sur la route qui reliait Senlis à Beauvais, venant de Nogent-Sur-Oise et allait rejoindre Angy par Rousseloy.
La partie la plus ancienne de l’église est le clocher qui date de la fin du XIème siècle.
De 1140 à 1150 l’église fut agrandie. La sculpture du clocher est d’un style grossier et d’un aspect archaïque. Le clocher primitif fut conservé lors de l’agrandissement. Le portail actuel a été construit vers la seconde moitié du X111ème siècle, entre 1260 et 1270.
L’église n’est pas orientée à l’est comme d’ordinaire, mais au sud-est, à cause de l’orientation naturelle de la carrière dont un énorme bloc forme une pièce angulaire de l’édifice. De tous les monuments religieux de la région, c’est le seul édifice dont une partie aussi importante ait été prise dans le lit même de la carrière, formant ainsi une partie d’une seule pièce.
Neuf pierres tombales, dont quelques unes portent des inscriptions (effacées actuellement) couvrent le sol des travées du chœur. Deux d’entre elles concernent des curés de Laigneville ;
Une autre est celle d’un écuyer mort en 1562. De l’autre côté, la pierre de Marie Champion de Nicolas de Sailleville, décédé lui-même le 26 «febvrier» 1885. Une plaque relate une donation faite à la paroisse par Antoine Thoré et sa femme Florence Champion. Donation passée devant Nicolas Cimerel et Samuel Martin, notaires à Creil en date du 9 mai 1613 et Charles le Maire, notaire à Clermont, le 12 août 1614. Le sieur Thoré mourut le 13 juillet 1618 et sa femme le 22 juillet 1614.
La cloche date de 1670. Elle a été fondue par Anthoine et Edme de la Paix et Claude Thomas. Elle eu pour parrain Jean Chrysostome de Grésillement et comme marraine Françoise de Grésillement, femme de M. du Caurel, Sgr de Gratibus, Campremy, etc…..
L’église est classée monument historique.

LA COMMANDERIEcommanderie_cp
La Commanderie des Templiers occupe une place importante dans l’histoire de Laigneville.
Les religieux de La Charité sur Loire (ordre de Cluny) étaient propriétaires de quelques biens à Laigneville. Gaudefroy, prieur de La Charité, criblé de dettes, vendit aux chevaliers du Temple, en 1209, au prix de 10000 livres tournois, somme énorme pour l’époque tout ce que le couvent possédait en terres à Laigneville, Lagny-le-sec, Sennevières et une douzaine d’autres lieux. Les Templiers firent des propriétés de Laigneville, le siège d’une petite commanderie sous le titre de St Georges.
L’ordre des Templiers avait été fondé vers 1118 à Jérusalem pour protéger les chrétiens qui s’y rendaient. Il s’était répandu par la suite dans toute l’Europe et avait installé des commanderies en bien des endroits.

LE CASTELLUM DE SAILLEVILLE
Dans un lieu-dit «les Graviers» situé au N.E. de Sailleville et un coude de la brêche, se trouve une circonvallation quadrangulaire entourée de fossés et appelée Castellum ou «vieux fort». C’est un ouvrage de fortification destiné à renforcer une ligne de retranchement d’une grande étendue.
Le vieux fort avait pour superficie un rectangle dont la plus grande dimension était 74 m. de long, ce qui correspond à 250 pieds romains.

L’accueil de la mairie est ouvert du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h45. Permanence assurée le mardi de 17h45 à 19h.
  • 390 rue République 60290 LAIGNEVILLE
  • Tél. 03 44 66 31 50
  • commune.laigneville@orange.fr